#UnJourUnJDR : Les Petites Choses Oubliées

Sat 27 May 2017

Attention, cet article spoile bien sur Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Si vous avez pas vu le film, allez le voir maintenant et revenez lire l’article plus tard

Aujourd’hui, on va parler d’un jeu indé Suisse qui s’appelle Les Petites Choses Oubliées

jeu

Les petites choses oubliées est donc un jeu écrit par Sylvie Guillaume et Christoph Boeckle, deux auteurs de jeu de rôle indépendants suisses, et qui a un thème assez grave: les relations amoureuses.

Nan, restez, c’est un (très) bon jeu !

Le jeu raconte donc l’histoire d’un couple dont les deux participants décident de se séparer, et d’effacer leurs souvenirs communs. Dans cette optique, on raconte donc dans un premier temps la rencontre des deux personnages, qui se plaisent, et le début de leur histoire d’amour. Dans une seconde partie, on participe a un rendez-vous individuel avec un mnémotechnicien, ou l’on raconte des moments marquants de la relation. Enfin, dans une troisième séquence, les joueurs décident du sort de la relation, après l’effacement de leurs souvenirs respectifs. Les personnages se sont-ils re-rencontrés? Ont-ils déménagé a l’autre bout du monde? Ou vivent-ils l’un a côté de l’autre, sans jamais se croiser plus que pour se saluer de loin?

Ce jeu est assez particulier sur plusieurs points. Tout d’abord, il définit des temps de parole séparés pour les joueurs, avec très peu de moments de discussions libres. Ensuite, la mise en place de la partie est assez compliquée a cause du système, très spécial, que l’on va justement décrire

Le jeu est entièrement narrativiste, et ça se ressent évidemment dans le système. Ce dernier change en fonction des phases du jeu, et on va donc expliquer un peu son fonctionnement. Dans la première partie, sorte de prélude, les joueurs ont la parole chacun leur tour pour décrire des évènements qui permettent au couple de se former, avec une description ressemblant a celle d’un film, a la troisième personne.

cartes

Dans la seconde partie, la plus importante, les joueurs s’emparent des 6 photos qu’ils ont préparées a l’avance (elles ne doivent pas comporter de visage reconnaissable, mais au moins un lieu, une activité et un objet) (c’est pour ça que le jeu est présenté sur 12 cartes postales, qui correspondent a ces critères). Ils utilisent alors chacune de ces photos pour décrire un souvenir au mnémotechnicien Ces souvenirs peuvent illustrer une chose que le personnage apprécie dans l’autre ou dans le couple, ou une chose qui l’agace, des moments clés de l’histoire du couple, des problèmes récurrents dans la relation, ou des raisons qui ont déclenché la rupture. Il n’y a pas besoin de suivre une chronologie précise, mais le contenu de ces souvenirs est crucial : il y en a peu, et ils forment la plus grosse partie du jeu. Ils sont décrits a la première personne.

carte_3

Pour chaque souvenir, l’autre joueur a plusieurs possibilités :

  • Accepter le souvenir tel quel
  • Raconter le point de vue de son personnage sur le même souvenir
  • Continuer le souvenir du point du vue du personnage qui parlait déjà, mais uniquement pour ajouter un complément d’informations sur son personnage
  • Poser une question, du point de vue du mnémotechnicien, pour avoir plus de détails.

Les deux joueurs traitent ainsi au moins 4, jusqu’a 5 de leurs 6 photos. Celles laissées de côté représentent les autres souvenirs du couple.

Enfin, dans la dernière partie, les deux joueurs discutent (hors-personnages) de la relation qu’ils viennent de dépeindre. Ils doivent aborder certaines questions :

  • Est-ce que les personnages avaient l’air heureux?
  • Qu’est-ce qui a posé problème dans la relation?
  • Qu’est-ce qui les a poussé a tenter d’oublier leurs souvenirs?
  • Est-ce qu’ils méritent une seconde chance? Pourquoi?

Une fois ceci fait, les deux joueurs mettent en scène leurs personnages quelques temps après l’entretien, en prenant en compte les décisions trouvées a deux.

Bref, le jeu demande de préparer 12 photos spécifiquement pour faire une partie (il est possible de jouer avec les cartes postales sur lesquelles le jeu est présenté, mais c’est pas idéal).

Bon, on va tenter de commencer a s’acheminer vers une conclusion. Ce jeu est très interessant a plusieurs égards. Tout d’abord, la présentation est très spéciale, très agréable, et SERT LE PROPOS. Ça aide bien plus a entrer dans l’ambiance du jeu, un peu mélancholique, qu’un PDF ou un bouquin a couverture cartonnée. Il apporte une structure a la parole très spécifique tout en fonctionnant très bien, ce qui est assez rare dans le jeu de rôle, ou la parole est en général assez libre, sans quoi on ne plaide pas vraiment pour son personnage (ce qu’on fait ici). Il est très touchant, très complexe a jouer, assez joliment écrit, aborde encore une fois un thème assez peu abordé par les jeux de rôle en général… Ah oui, il a pas une structure traditionelle avec MJ et joueurs, mais bon, c’est évident vu qu’il n’y a que deux joueurs et qu’ils se partagent les deux personnages (et la narration).

Je vais vous avouer un truc. Je n’ai jamais fait une partie des Petites Choses Oubliées. J’aimerais bien en faire, mais j’ai pas de photos appropriées (et je suis assez perfectioniste, or comme c’est un jeu sur les sentiments on peut pas avoir des photos parfaites pour ce jeu). C’est aussi un jeu ou on s’expose beaucoup, et il est donc difficile de trouver des gens avec qui jouer. Mais il est joli, interessant, pas très cher, et fait par des gens qui fournissent un travail très interessant sur le jeu de rôle, donc bon. La page du jeu est ici, par ailleurs

Bref, voilà pour le second jour d’#UnJourUnJDR. À demain! On parlera d’un autre jeu de rôle indépendant, peut être même que ça sera Dogs in the Vineyard (peut être…)


links