#UnJourUnJDR : Monsterhearts

Thu 07 September 2017

Aujourd’hui, on va parler de Monsterhearts 2, un jeu de rôle qui utilise le système de l’apocalypse, écrit par Avery Adler, une autrice américaine. Le jeu parle d’étudiants dans un lycée américain classique, qui sont (pour les joueurs) tous en réalité des monstres de roman d’épouvante. Mais au lieu de prendre ça comme un choix esthétique type “monstres de la Warner”, l’autrice en fait une façon de parler d’experiences queer: les personnages sont différents, ne peuvent pas vraiment en parler ouvertement, et ça leur fait parfois du mal, mais d’un autre côté leur particularité leur offre aussi des pouvoirs et fait d’eux des personnes uniques (bon j’attends toujours mes pouvoirs avec la queeritude…)

Cover

Le jeu est centré sur ce que l’autrice nomme ‘teen drama’, c’est a dire les interactions sociales et les relations souvent conflictuelles entre les personnages adolescents. Ce sujet correspond particulièrement bien au système de l’apocalypse, qui a tendance a faire exploser toute situation en une nuée de rebondissements.

audience

(Pour rappel, le système de l’apocalypse est un système de jeu ou les actions des joueurs sont encadrées par des “moves”, dont l’issue est déterminée par un jet de deux dés a six faces. Un résultat superieur ou égal a 10 indique une réussite, et en général permet d’obtenir ce que l’on cherchait. Un résultat entre 7 et 9 inclus indique une réussite partielle, et nous demande de trancher sur ce que l’on veut vraiment. Un résultat inférieur a 6 indique un échec, et à ce moment la, le MC (maître de cérémonies) nous le rend bien. Toutes les actions ne sont pas encadrées par des moves (un bon nombre se passent comme une discussion classique, sans que les règles interviennent), et tous les moves ne fonctionnent pas de la même manière, mais l’idée générale est là.)

Monsterhearts a plusieurs particularités par rapport aux autres juex propulsés par l’apocalypse. Tout d’abord, pour appuyer son propos de relations sociales entre adolescents, il propose un système de Strings (très légèrement inspiré des Mx d’Apocalypse World), que l’on peut posséder sur les autres personnages (qui peuvent donc en posséder sur nous). Ces strings permettent d’obtenir des avantages mécaniques sur les autres personnages, en se plaçant en position d’avantage par rapport a ces derniers — on tire les ficelles (le move utilisé s’appelle d’ailleurs Pulling Strings en anglais). Le jeu, comme les autres jeux de l’apocalypse, inclut une mécanique spécifique déclenchée quand les personnages couchent avec quelqu’un. Ici, ces mécaniques incluent toujours (évidemment, vu le contexte) un gain de strings, d’un côté ou de l’autre, et en général un effet suplémentaire.

character-hollow

Le jeu a, comme je l’ai dit, un discours queer assez présent. Déjà, il y a le paralelle que j’ai explicité avec les personnages monstrueux que l’on incarne. Le jeu explicite cependant tout a fait ce discours, avec de nombreuses mentions dans les règles, dans les exemples donnés pour expliquer celles ci, et cette page:

queer-content

Un autre élément de Monsterhearts qui est assez intéressant, et qui découle assez logiquement des inspirations qu’il revendique (a la fois en terme de films et de romans, mais aussi et surtout de séries, très importantes et assez évidentes en lisant le jeu)media-inspirations, c’est le fait de découper les campagnes en saisons, qui se terminent chacunes avec un climax (comme dans une série) et une fin d’année scolaire, a priori. A la fin de chaque saison, les personnages peuvent aussi choisir de prendre un Growing Up Move, qui est supposé montrer leur gain de maturité et leur volonté d’améliorer l’ambiance dans leur lycée, ou tout du moins au sein de leur groupe social. Et ces derniers sont vraiment cools, et adaptés au sujet.

growing-up-moves

Bref, évidemment Monsterhearts a énormément de choses a offrir, et je ne peux pas parler de tout ici, mais je vous invite très fortement a essayer ce jeu, et d’autant plus si vous êtes vous même queer, parce que ça pourrait bien vous toucher plus que vous ne le pensiez. Surtout si vous avez vécu un lycée dans le placard (j’imagine, ça a pas été mon cas, mais ça correspond pas mal a la thématique du jeu…)

character-witch


links