#UnJourUnJDR : Sur la Route de Chrysopée

Sun 28 May 2017

emballage Allez c’est reparti pour #UnJourUnJDR. Aujourd’hui, on parle de Dogs in the… ah non, c’est Sur la Route de Chrysopée, pardon.

cachet

Donc, Sur la Route de Chrysopée est un jeu de rôle indépendant écrit par Morgane Reynier et illustré par Marion Bulot, ou l’on incarne un personnage, voyageur, dans une relation disciple-maître avec le personnage incarné par l’autre joueur. C’est un jeu qui se joue uniquement a deux, encore une fois dans un système de jeu sans MJ, mais ce n’est pas sa seule spécificité

cover

Je vais commencer par présenter l’univers du jeu avant de parler de son système, cela étant. Sur la Route de Chrysopée est donc un jeu qui parle de voyage initiatique, de concepts d’alchimie, et de réenchantement du monde (comme son titre l’indique un peu).

pages-2-3

Les deux personnages sont dans un voyage philosophique, a la recherche de la connaissance, de la compréhension, et au final de la connaissance de soi. Mais c’est une quête mystique, en fin de compte, où le voyage physique est accessoire. Ils ont des rôles différents : le maître, pour une raison ou une autre, ne peux plus partir à l’aventure. En revanche, ses recherches, ses reflexions, et son experience lui permettent d’aider son disciple dans ses voyages, et d’apporter ses lumières sur les évènements qui se présentent a ce dernier. Le disciple, quant a lui, voyage a travers le monde, s’inspirant de ce qu’il voit pour avancer sur le chemin spirituel qui l’amène toujours plus proche de Chrysopée.

Chrysopée est, dans cet univers, une ville, mythique, qui représente l’idéal de recherche et de sagesse. En pratique, on ne l’explore jamais : quand on arrive a ses portes, le jeu est terminé. “L’important c’est le voyage, pas la destination”, etc. Dans la vie réelle, la Chrysopée est un concept alchimique désignant le fait de transmuter un métal en or. On voit bien le lien avec la recherche de la sagesse (surtout quand on connaît un peu les concepts de l’alchimie.)

Bref, le jeu a une autre particularité dans son système : il est uniquement épistolaire. Les échanges doivent se faire par lettre (ou par email, ça marche aussi), même si de courts messages peuvent être échangés par sms ou assimilés (twitter, facebook, …). Bien évidemment, ça sert le propos, puisque les joueurs se comportent comme les personnages qui ne peuvent communiquer que de cette façon. C’est aussi une façon de faire du jeu de rôle complètement différente de ce qui existe

Les deux personnages doivent choisir une quête alchimique qu’ils partagent, et sur laquelle ils cheminent ensemble. Celle si peut être situé dans de nombreux domaines, et n’a pas besoin d’être réaliste, mais elle est nécessaire pour qu’une progression puisse exister. Ils doivent aussi choisir une fréquence pour l’envoi de lettres, qui permet d’avoir un rythme de jeu relativement fixe. Ils ont aussi une Nostalgie, un élément de leur passé qui leur cause regrets, remord ou culpabilité. Leurs noms sont de la forme prénom suivi de la ville d’origine, ou prénom suivi d’un qualificatif. Le système précise comment concevoir leur relation, comment décider qui doit écrire la première lettre, etc. Comme les personnages ne sont pas ensemble dans la fiction, il n’y a pas de problèmes de cohérence des descriptions et de validation des propositions créatives

Cela laisse a chaque joueur une liberté immense dans leurs descriptions. Chacun peut créer des nouveaux personnages, imaginer tout et n’importe quoi dans son voyage respectif.

Le système de progression vers Chrysopée se nomme l’Athanor, et découpe la relation en phases : - La Materia Prima, l’oeuvre de la terre, le stade initial - L’oeuvre de Mars, qui consiste a produire de quoi atteindre son indépendance - L’oeuvre de Saturne, qui consiste a trouver le courage d’observer et d’accepter sa part d’ombre - L’oeuvre de la Lune, qui consiste a interroger et critiquer les dogmes du monde extérieur, maintenant qu’on a conquis ses propres failles - L’oeuvre de Mercure, qui désigne le fait, maintenant qu’on a refusé les dogmes, a acquérir ses propres connaissances, sa propre compréhension du monde. - L’oeuvre de Vénus consiste pour l’alchimiste a décider quelle sera sa place dans le monde - Enfin, l’oeuvre du Soleil désigne le moment ou l’alchimiste atteint son but.

Ce découpage en phases est la base du “système de résolution” du jeu, assez léger mais présent tout de même. Les deux personnages se proposent des épreuves l’un l’autre, et ces dernières permettent leur permettent de progresser sur l’Athanor. La communication ne s’effectuant que par lettres, la progression des personnages est aussi signifiée de cette manière. Les lettres rapportent des points, qui sont attribués en secret et permettent d’avancer vers la prochaine étape de l’Athanor.

regles

Quand un des personnages (le disciple, par exemple) est arrivé a l’étape suivante de l’Athanor, l’autre (le maître, ici) le lui signifie discrètement, et lui propose une épreuve (encore une fois, sans dire textuellement qu’il s’agit d’une épreuve). Le disciple répond alors avec une lettre relatant la façon dont il a surmonté l’épreuve, suite a quoi le maître l’invite a explorer l’étape suivante. Ce système d’épreuves est aussi présent du disciple vers le maître, bien entendu.

exemple

Le livre donne des exemples d’épreuves que le disciple peut soumettre au maître et inversement, mais il est bien sur possible d’inventer les siennes, tant qu’elles rentrent dans l’esthétique de la phase de l’Athanor en cours. L’exception étant l’oeuvre du Soleil, ou la validation passe par un bilan du chemin parcouru jusqu’ici, et ou le personnage qui l’atteint en premier peut décider d’attendre l’autre avant de la franchir.

persos

Et… voilà pour le système. Le jeu comporte aussi un univers assez riche et assez ouvert pour qu’on puisse l’étendre comme on le veut, qui semble un peu inspiré de la Horde du Contrevent, Mushishi, et Journey, notamment. Le système est minimaliste mais c’est (a mon sens) parfaitement adapté au jeu de rôle épistolaire, et c’est parfaitement adapté au propos du jeu, en suivant le voyage des personnages qui font étape a certains endroits, a la fois physiquement et mentalement.

carte

Bon, vous l’avez compris, j’aime beaucoup ce jeu! (d’un côté c’est logique, je vous présente quand même en majorité des jeux que j’ai aimé, évidemment) L’univers onirique et contemplatif me plait beaucoup, le système de jeu encourageant les joueurs a s’entraider pour progresser ensemble aussi, et le format épistolaire est très intéressant. Oh, et la présentation du jeu est extraordinaire! Le mot caché dans le papier cacheté est touchant et amène des questions, et change pour chaque personne. L’emballage est tout a fait approprié au jeu, les illustrations sont superbes, et le style d’écriture aussi.

Bref. Je ne sais pas trop quoi en dire a part ça, je vous encourage donc a aller voir les archives suspendues http://archives-suspendues.net/ qui est le site associé et à l’acheter si ça vous interesse (même si il vous faut dans l’idéal deux livres pour jouer, un par joueur, un PDF est fourni avec si vous prenez l’édition des archives).


links